Browsing Category

Mes intuitions salées

Mes intuitions salées/ RECETTES/ Soupe

Soupe potiron et son oeuf poché

• h e l l o h a p p y m o n d a y •

La saison des courges et des potirons fait battre nos coeurs la chamade, pas vrai ?Je vous propose cette soupe de potiron et son oeuf poché : simple, rapide et efficace elle réchauffera les petits coeurs et apportera du soleil sur la table. J’ai accompagné ma soupe avec un garlic bread, terrible !

  • Difficulté ★☆☆☆
  • Recette pour 4 personnes
  • Temps de préparation 30min 
  • Temps de cuisson 30min

Ingrédients :

  • 1 potiron
  • 2 petites pommes de terre
  • 1 gros oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 cube de bouillon de légumes (sans sel)
  • 4 pincées de fleur de sel
  • 4 tours de moulin à poivre
  • 750ml d’eau

Pour les oeufs pochés :

  • 4 œufs
  • 1 cas de vinaigre blanc

Préparation :

  1. Pour la préparation des oeufs pochés inratables c’est ici. Je vous conseille de mettre l’eau à chauffer pour les oeufs pochés en premier et de passer ensuite à la préparation de votre soupe. Une fois que l’eau pour les oeufs pochés est à ébullition vous pourrez jongler entre la soupe et les oeufs.

Préparation de la soupe :

  1. Eplucher le potiron, enlever les pépins et couper la chair en cubes.
  2. Eplucher l’oignon et l’ail et les couper grossièrement.
  3. Placer le tout dans une marmite ; pomme de terre, potiron, oignon, ail.
  4. Ajouter le cube de bouillon de légumes et l’eau.
  5. Couvrir et laisser cuire à feu moyen environ 30min.
  6. Vérifier la cuisson en plongeant un couteau dans les morceaux de pomme de terre et potiron.
  7. Mixer le tout à l’aide d’un mixeur plongeant.
  1. Dressage : Une fois les oeufs pochés prêts, les déposer délicatement sur la soupe. Ajouter une pincée de fleur de sel et un tour de moulin à poivre avant de servir. Je vous conseille de servir la soupe dans de grandes et larges assiettes pour avoir une bonne quantité de soupe tout en évitant d’avoir trop de hauteur dans l’assiette au risque de noyer l’oeuf dans la soupe.

Mon intuition gourmande me dit que… Deviens un as de la soupe et de l’art du topping, recette de soupe aux 5 légumes !

Chroniques/ green life/ Mes intuitions salées

Mon fait-tout est fait en quoi ? L’utilisation de l’inox en cuisine.

Nous sommes de plus en plus attentifs à ce que nous mangeons et la prise de conscience face à ce qui se trouve dans nos assiettes semble être sur la bonne voie. La même conscience n’est pas encore tout à fait accordée aux matériaux que nous utilisons pour faire mijoter tous nos bons petits plats de saison et faits maison

Pourtant tous les matériaux ne se valent pas, tant sur le plan de la santé que sur celui de l’hygiène et du goût. Petit tour de table de nos casseroles, poêles et autres cocottes, façon « Que choisir ? » ;) 

Les poêles antiadhésives, sur une base aluminium ou tout inox sont revêtues de Téflon ou PTFE qui permet l’anti-adhérence de l’article de cuisson. Le PTFE n’est en soit absolument pas toxique, ce qui peut l’être en revanche ce sont les solvants qui servent à le faire adhérer au support (inox ou aluminium). Ces solvant peuvent parfois contenir du PFOA (perfluorooctanoïque) ou PFOS (perfluorooctanesulfonique) qui sont des substances qui, une fois la poêle mise en chauffe, vont s’évaporer et être potentiellement toxique qui l’utilisateur.

Il reste quelques applicateurs en France tels que CRISTEL qui garantissent leurs articles de cuisson sans PFOA ni PFOS lors de leur application. Le gage d’un article sain pour l’homme et son environnement. En outre, CRISTEL propose le rechapage de l’article anti-adhérent quand celui-ci est usé, ce qui évite de jeter l’article mettant ainsi fin à l’obsolescence programmée.

Le revêtement céramique, lui, n’est pas suffisamment résistant à l’utilisation, il a tendance à facilement s’user et reste difficile à contrôler en cuisson car trop conducteur de chaleur. En outre, le plomb et le cadmium contenus dans ce revêtement peuvent finir dans la nourriture que nous ingérons et par conséquent dans notre organisme. Il en est de même pour l’aluminium et le cuivre. 

Parmi tous les matériaux l’inox semble être le plus sûr pour la cuisson de nos aliments et pour notre santé. L’inox, alliage de fer et de carbone, est un acier inoxydable. À cet alliage, on peut ajouter d’autres éléments, comme du chrome, qui a la particularité de résister à la corrosion, c’est-à-dire à la rouille, et du nickel qui améliore les propriétés mécaniques. On y trouve également du molybdène ou du titane qui améliorent la résistance aux températures extrêmes.

Depuis que j’ai essayé l’inox, je ne peux plus me passer de ce mode de cuisson. L’inox présente de nombreux avantages. Il permet de cuisiner sans ajout de matière grasse pour une cuisine saine et équilibrée. Les valeurs nutritionnelles ainsi que les saveurs et les couleurs des aliments sont préservées en totalité. L’inox n’émet aucune toxine au contact des aliments ce qui garantit un usage quotidien et sûr.

Solide, écologique, haut de gamme… avec un bon entretien ce métal, particulièrement résistant, a une longue durée de vie. Le temps ne semble absolument pas avoir d’emprise sur lui puisque c’e­­­st un matériau qui conserve son brillant au fil des années. Cerise sur le gâteau, et pas des moindres, le nettoyage de l’inox est facile et rapide. Quand la température de cuisson de cuisson est respectée, les aliments n’adhèrent pas ce qui facilite le nettoyage. Il passe également au lave-vaisselle sans problème.

L’inox, robuste et inoffensif pour nos petits corps, si toutefois vous choisissez un inox de qualité. La mention « inox 18/10 » permet de s’en assurer. Pour l’inox 18/10, le 18 correspond à un ajout de 18% de chrome et le 10 correspond, lui, à un ajout de 10% de nickel. Il existe d’autres types d’inox, comme le  18/0 ou le 18/8, le 18/10 étant de meilleure qualité adaptée à la cuisson.

Aujourd’hui il existe de nombreuses marques et je dois avouer que mon chouchou en la matière c’est CRISTEL pour de nombreuses raisons ; une entreprise française, engagée, basée à Fesches-le-Châtel dans le Doubs qui propose différentes gammes de produits au design très attrayant et élégant. Pour plus de détails je vous invite à consulter mon article sur la maison CRISTEL ses valeurs et son engagement quotidien.

 

Et du coup ! bah !… moi je profite de mes dernières tomates cerises de la saison. Une cuisson sans matière grasse, déglacée simplement au vinaigre balsamique. Une pincée de fleur de sel, à servir sur une tranche de pain et une bonne burrata… le début du bonheur ! 

Mon intuition gourmande me dit que… Ma visite à l’usine Cristel, matériel de cuisine haut de gamme en inox made in France !

cakes salés/ Mes intuitions salées/ RECETTES

Cake thon, poivron rouge et origan

Les cakes de Sophie était un de mes premiers livres de cuisine. Il est toujours chez ma mère d’ailleurs et je m’amuse à le feuilleter quand je suis chez elle. Les traces de farine et d’oeuf laissées sur certaines pages me font toujours sourire !

C’est avec le cake que j’ai commencé à apprendre à suivre une recette pas à pas et à faire mes premières expériences en cuisine. Quand tu suis le déroulé d’une recette et qu’il te manque un ingrédient, tu ouvres les placards de la mama, tu improvises et tu essaies de trouver une solution. 

Réaliser un cake en mode freestyle avec les ingrédients qu’on a sous la main c’est ce qu’on fait tous le mieux je crois, non ? C’est ce qu’on appelle la cuisine du placard ou la cuisine du fond du placard – ou parfois du fond, du fond, du fond…. du placard !! – une cuisine souvent surprenante et riche en découverte. Ici un cake en toute simplicité au thon, poivron rouge, olive et ma petite touche de pulpe de tomate et d’origan pour relever un peu toussa toussa.

Un cake a servir avec une salade, simple, efficace et très bon ! Et comme il suffit de 3 fois rien pour sublimer le tout, ici un moule à kouglof et hop le tour est joué. 

Hésitez pas à me dire en commentaire quelles sont vos recettes de cake préférées !

  • Difficulté ★☆☆☆
  • Recette pour 1 cake (4 à 6 personnes) 
  • Temps de préparation 20min
  • Temps de cuisson 45min

Boîte à ingrédients :

  • 250g de farine
  • 200ml de lait
  • 4 oeufs
  • 1 sachet de levure
  • 3 càs. de pulpe de tomate
  • 50g d’olives noires
  • 1 boite de thon (environ 100g)
  • 1 poivron rouge
  • 2 oignons nouveaux
  • 50g d’huile d’olive
  • Quelques branches d’origan
  • 1 pincée de fleur de sel
  • Moulin à poivre

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 180°C.
  2. Laver le poivron, l’épépiner et le couper en morceaux.
  3. Eplucher l’oignon, l’ail et les hacher.
  4. Rincer et ciseler finement l’origan.
  5. Reserver le tout.
  6. Mélanger la levure avec la farine tamisée.
  7. Mélanger le lait tiède avec les œufs.
  8. Ajouter la préparation liquide à la farine en 2 à 3 fois et bien mélanger.
  9. Ajouter tous les ingrédients préparer au début de la recette : poivron, ail, oignon et l’origan.
  10. Ajouter l’huile d’olive et les olives. Mélanger.
  11. Verser la préparation dans le moule.
  12. Enfourner 45min et laisser refroidir à la sortie du four avant de démouler.

Mon intuition me dit que… cake artichaut, feta et huile d’olive de truffe !

Mes intuitions salées/ poissons/ RECETTES

Poêlée gourmande de Noix de Saint-Jacques, pomme, avocat et vinaigre de mangue

Les 25 et 26 janvier derniers se tenait la fête de la Coquille Saint-Jacques à Montmartre Place des Abbesses. L’occasion pour PAVILLON FRANCE de couper les moteurs de son FishTruck sur la place des Abbesses le temps d’un weekend pour lui donner un « air de Bretagne ».

Une 1ère étape qui marque le point de départ d’une tournée à travers toute la France. Un camion pédagogique qui proposera de délicieuses recettes à base de poissons, coquillages, céphalopodes et crustacés ! Je rejoins donc le FishTruck sur cette étape, place des Abbesses, le temps d’une animation culinaire au côté du Chef Charles Soussin. Mon petit bec sucré/salé passe une fois de plus par là puisque je décide d’associer la Noix de Saint-Jacques au kaki.

Une association surprenante et gourmande. PAVILLON FRANCE, tu connais ? C’est la marque collective (non commerciale) impliquant tous les acteurs de la pêche française valorisant ses métiers, ses engagements et ses produits. Elle est portée par l’association France Filière Pêche et a pour but d’aider les consommateurs à identifier, à découvrir et à apprécier, tout au long de l’année, plus de 200 espèces de poissons, coquillages et crustacés au meilleur de leur fraîcheur. Elle accompagne les consommateurs dans leur choix de produits de la mer en les informant sur les espèces, leur mode de pêche, mais aussi en proposant des conseils, astuces et recettes pour apprendre à consommer les produits de la mer en toute simplicité. Amateur de poisson ou amateur à en devenir n’hésites pas à faire un tour sur le site de PAVILLON
FRANCE.

La pêche pour la coquille de Saint-Jacques, aussi joliment appelée la Reine de l’Atlantique Nord, est ouverte
du 1er octobre au 15 mai et se fait essentiellement en Normandie et en Bretagne dans la baie de Saint
Brieuc. Passée cette date, la période de reproduction commence et les pêcheurs laissent à la ressource,
naturelle et limitée, le temps de se reproduire.

La noix de Saint-Jacques avec sa chair fine est subtilement iodée est une petite merveille et se cuisine très
facilement. La preuve en est avec cette recette gourmande de poêlée de Noix de Saint-Jacques, avocat,
vinaigre de mangue et pistaches.
La saison des kakis étant fini je l’ai remplacé par de la pomme Granny Smith. Je te laisse donc en compagnie de la recette et je te donne rendez-vous sur le stand PAVILLON FRANCE le 24 février prochain au Salon International de l’Agriculture pour une nouvelle animation culinaire.

• Recette pour 4 personnes
• Temps de préparation 30min
• Temps de cuisson 10min

Boîte à ingrédients :

• 900g de Noix de Saint-Jacques
• 4 gousses d’ail
• 2 pommes Granny Smith
• 2 avocats
• le zeste d’un citron vert bio
• le zeste ½ orange bio
• 1 bouquet d’aneth fraiche
• 40g de pistaches non salées décortiquées
• 4 càs de vinaigre de pulpe de mangue
• Sel et poivre
• Huile d’olive

Préparation :
Commencer par réparer tous les ingrédients : éplucher l’ail et le hacher finement. Couper les pommes et les avocats. Rincer et ciseler l’aneth. Concasser les pistaches.

  1. Faire suer dans un filer d’huile d’olive l’ail. 
  2. Le retirer de la poêle et réserver.
  3. Saler et poivrer les Noix de Saint-Jacques.
  4. Snacker quelques minutes de chaque côté les Noix de Saint-Jacques.
  5. Retirer les noix et réserver.
  6. Déglacer avec le vinaigre de pulpe de mangue et ajouter l’ail et la pomme.
  7. Laisser cuir 1 à 2 minutes pour garder le croquant de la pomme et ajouter les Noix de Saint-Jacques et les avocats.
  8. Mélanger et prolonger la cuisson 1 à 2 minutes.
  9. Dresser dans une assiette et ajouter en topping l’aneth, les pistaches concasser et le zeste de citron vert et d’orange
  10. Servir accompagner d’un purée maison

Mon intuition gourmande me dis que…. Noix de Saint-Jaques poêlées et sirop d’agrumes !

Mes intuitions salées/ RECETTES

Recette de gnocchis maison au potimarron et copeaux de parmesan

Des gnocchis maison oui…. mais des gnocchis maison au potimarron ! Même si je dois reconnaitre que le façonnage du gnocchi reste encore à perfectionner l’essentiel c’est qu’au moment de passer à table le goût soit là. Si tu te lances dans le façonnage maison de tes gnocchis je te recommande de les faire petit pour éviter de te retrouver avec des gnocchis de la taille d’un pouce, ça perd de son raffinement, mais c’est surtout pour avoir cuisson bien homogène. J’ai façonné mes gnocchis avec une fourchette mais j’ai vu qu’il existait une petite planche en bois pour le façonnage des gnocchis, je me suis dit que je testerai à l’occasion !

Cet hiver j’ai développé une véritable obsession pour le potimarron et à toutes les sauces. Cheesecake au potimarron, gaufres au potimarron toussa, toussa… je n’ai pas encore eu le temps de publier toutes les recettes parce qu’entre les tests, les ratés, les shooting, la rédaction de l’article ça me demande beaucoup de temps. La bonne nouvelle c’est que je suis venue à bout de mon trouble obsessionnel perfectionniste pour finaliser cette recette de gnocchis au potimarron que je peux aujourd’hui te faire partager woop, woop #HappyFace.

Quand je réalise une recette j’ai toujours ma base à laquelle j’ajoute en fonction de mon intuition gourmande le reste de mes ingrédients. Ici mes gnocchis au potimaron à poêler et les copeaux de parmesan : ma base, une évidence ! Puis viennent s’ajouter les tomates séchées et les feuilles de basilic pour parfumer le tout. Et enfin, la fan inconditionnelle de topping que je suis est passée par là pour ajouter des noix en guise de final touch. Une association de saveurs et de textures absolument parfaite ! Je vous laisse avec la recette et vous souhaite une merveilleuse semaine pleine de douceur les soleils.

  • Difficulté ★☆☆☆
  • Recette pour 4 personnes
  • Temps de préparation 45min 
  • Temps de cuisson 30min

Ingrédients :

  • 200g de chair de potimarron
  • 200g de farine
  • 1 œuf 
  • 1 càs. d’huile d’olive
  • 2 càs de parmesan Casino Saveurs d’Ailleurs
  • Copeaux de Parmigiani Reggia Casino Saveurs d’Ailleurs
  • Tomates séchées
  • Quelques feuilles de basilic 
  • Quelques noix
  • Moulin à poivre

Préparation :

  1. Bien laver la peau du potimarron et découper en morceaux sans l’éplucher.
  2. Faire cuire 20 min dans un grand volume d’eau salé.
  3. Egoutter et laisser refroidir. 
  4. Ecraser la chair de potimarron et mélanger avec la farine, les 2 cuillères de parmesan en poudre, l’œuf et l’huile jusqu’à obtention d’une pâte homogène. 
  5. Fariner le plan de travail et commencer le façonnage des gnocchis en commençant par former des boudins avec la pâte. 
  6. Couper des tronçons de 2cm de long et appuyer avec une fourchette pour finaliser la forme des gnocchis. 
  7. Porter à ébullition, dans une grande casserole, de l’eau. 
  8. Y déposer les gnocchis en plusieurs fois. Une fois qu’ils remontent à la surface, au bout de quelques minutes, ils sont cuits. 
  9. Egoutter avant de faire revenir dans un filet d’huile d’olive les gnocchis avec les tomates séchées.
  10. Dresser dans une assiette. Ajouter sur le dessus des feuilles de basilic, des copeaux de parmesan, quelques noix concassées et un tour de moulin à poivre. 

Mon intuition gourmande me dit que…. smoothie banane, pousses d’épinard et pomme !