Partant pour revisiter la recette de tatin classique avec des kakis ?

h e l l o   t u e s d a y . . .  h e l l o   s n o w . . . !

Comment ça va les soleils ? C’est bientôt la fin de la saison des kakis, mon fruit préféré de la saison & mon rayon de soleil en hiver, et ça me rend un peu triste tout ça.

Quand j’ai une pensée un peu tristounette j’ai pour habitude de générer une pensée positive pour contre balancer et créer un équilibre. Parce que tout est question d’équilibre que ce soit en cuisine, avec l’équilibre des saveurs et des couleurs, ou dans nos vies au quotidien – team #positivemind hand’s up !

Alors j’me dis qu’il faut laisser dame nature faire son travail et profiter de ce que chaque saison a à nous offrir. Apprécier le doux souvenir que le kaki nous aura laissé. Le désirer profondément, au fil du temps qui passe, pour le retrouver comme si c’était la première fois la saison prochaine.

Mon premier kaki, à chaque nouvelle saison, a vraiment un goût particulier… il a un goût de bonheur et l’expression « il faut voir la pluie pour apprécier le soleil » prend tout son sens.

Bon, cela étant dit, il nous reste quand même encore un peu de temps pour profiter des kakis et ce weekend c’était la régalade à la casa avec une tatin revisitée. Du caramel, une pâte feuilletée, des kakis… un four, des potes [parce que le bonheur ça se partage]… et le tour est joué !

J’ai utilisé le kaki Ribera del Xùquer AOP, ferme et croquant, il tient bien la cuisson. Cette variété de kaki est cultivée en Espagne au bord du fleuve Jùcar. Fruit du plaqueminier, un arbre originaire de Chine – pour la blague, j’ai pensé pendant longtemps que les kakis poussaient dans des kakitier hihihi. Le kaki, ce fruit cultivé depuis plus de 2500 ans, est gorgé de vitamines. Sans pépin, sans noyaux, ferme et croquant il s’emporte partout – pour le déjeuner ou pour la petite pause du goûter ! Et vous, vous connaissez ce fruit ? #teamkakiforvever ou pas ?

• [  k a k i   r i b e r a   d e l   x ù q u e r   a o p ] •

 

  • Recette pour 6 personnes
  • Temps de préparation 30 min
  • Temps de cuisson 40 min
  • Moule de 25 centimètres de diamètre

Boîte à ingrédients :

  • Une pâte feuilletée
  • 150 g de sucre
  • 50 g d’eau
  • 4 kakis
  • 1 citron vert bio non traité

Préparation :

  1. Placer le moule à l’envers sur la pâte feuilletée et découper un cercle dans la pâte du même diamètre que le moule.
  2. Piquer la pâte à l’aide d’une fourchette et réserver.
  3. Préchauffer le four à 180°C.
  4. Préparation du caramel – bien surveiller le caramel pendant toute la durée de la préparation  :  verser le sucre et l’eau froide dans une casserole bien propre. Porter à ébullition sans remuer. Une fois que le caramel commence à se former remuer très délicatement, en remuent la casserole, pour mélanger au caramel le restant de sucre. Sortir du feu dès que le caramel est prêt et plonger le cul de la casserole dans une eau glacée pour stopper la cuisson.
  5. Verser, tout de suite, le caramel dans le fond du moule.
  6. Disposer en rosace les kakis, découpés en rondelles, par dessus le caramel.
  7. Recouvrir avec la pâte feuilletée et enfourner 30min.
  8. Sortir du four et retourner la tatin.
  9. Avant de servir, ajouter des zestes de citron vert qui apporterons une petite touche de peps !
Mon intuition gourmande me dit que… dans la famille des recettes rapides et simples à réaliser on s’ferait bien une version de tarte salée avec ma flamiche aux poireaux et saumon #soleil & #love dans vos #coeurs

Ma rencontre avec le Chef étoilé Christian Lherm au Sofitel Lyon Bellecour

Peut-être avez-vous vu passer sur mes réseaux Mon gastronomie tour une opération qui réunissait 4 blogueuses pour représenter 4 destinations : Paris, Lyon Marseille et Ajaccio !

Je vous raconte tout ! Comme toutes les histoires la mienne a un début, elle commence à Paris gare de Lyon… Je m’installe dans le TGV dans quelques heures j’interview le Chef étoilé Christian Lherm qui officie dans les cuisines Les Trois Dômes au Sofitel Lyon Bellecour.

J’arrive au Sofitel, direction le 8eme étage ! Je pénètre en salle, un grand espace épuré nappé de blanc et là, le nom du restaurant prend tout son sens. Les 3 Dômes, le dôme de la charité et les 2 dômes de l’hôtel dieu, sont ceux que l’on voit depuis le restaurant qui offre une vue panoramique de toute beauté sur Lyon. Le Chef m’avouera d’ailleurs que cette vue à corser un peu son travail « avec une vue pareille c’est essentiel de garder l’attention du client dans l’assiette » moi je dis, alterner entre une bouchée et un coup d’œil sur la vue c’est tout à fait jouable Chef ! ;)

Le Chef a à cœur de mettre son talent à la portée des papilles de tous. Il met un point d’honneur à proposer des plats végétariens très facilement identifiables à la carte. Comme cette tourte de pommes de terre aux légumes de saison que je m’apprête à réaliser avec lui en cuisine. Il est 9h du matin, c’est déjà le feu en cuisine, la brigade est au garde à vous, les gazinières sont tout feu tout flamme, le bruit des casseroles résonnent… la rigueur est de mise ! Plus de place pour la rigolade.

 

• [  p a s s i o n  ,   p a r t a g e   &    e x c e l l e n c e   ] •

 

 

Il y a ma cuisine, enfin ma petite popote, celle de tous les jours et il y a celle de l’excellence. Alors, quand l’intuitive intrépide que je suis rencontre le Chef Christian Lherm le temps s’arrête pour un moment de partage que j’aurai aimé voir s’éterniser. Rien que le fait de le voir emporte-piècer des papates moi je suis aux anges… parce que ces papates je sais que c’est moi qui vais les manger hihihi !

J’observe le Chef, je l’écoute, ses gestes sont précis et délicats, sa voix résonne comme une mélodie teintée de gourmandise. Une complicité s’installe et j’aime à dérober les sourires du Chef face à quelques unes de mes étourderies de langage en cuisine.

On va parler étoile, pas celles que j’ai dans les yeux quand j’ai la chance de passer ce moment en cuisine, ou les étoiles filantes qui ne fond que passer. On va parler de celle qui est bien accrochée et brodée sur la blouse du Chef au niveau du cœur.

 

 

 

L’excellence c’est la première chose qui me vient à la bouche quand je démarre l’interview du Chef. « L’excellence, c’est le fruit de beaucoup de travail et de sacrifice, ce sont des gestes répétés des centaines de fois, de la passion, de la rigueur et c’est la synergie des talents de toute une équipe, parce que sans équipe on ne fait pas grande chose »  

Cette excellence c’est la promesse d’un moment gastronomique que j’attends impatiemment. Après une journée bien remplie le moment est venue de passer à table, tout se finit toujours autour d’un plat, non ? Les mots du Chef sur la première page du menu font monter la promesse d’un cran : «  Je vous invite à partager ma passion de la gastronomie où tradition et esprit d’ouverture se côtoient. Laissez-vous charmer par l’essence du plaisir l’alliance subtile des saveurs et des couleurs. Saurez-vous percer mon Jardin Secret ? »

  • Tradition : je démarre avec la célébre Quenelle de brochet, spécialitée Lyonnaise, et sa sauce Nantura aux écrevices. Poêlée de Tetragone.
  • Alliance subtile des saveurs : Noix de Sain-Jacques Fraîche Poêlées. Barigoule d’Artichauts aux légumes de saison et jus de barde réduit.
  • Jardin Secret : « De la Poire, rien de que la Poire » Pochée, en Galet Gianduja Noisette Sorbet Williams.
  • Plaisir : Sélection de fromages affinés « Renée Richard », pains et confitures.

C’est difficile pour moi de vous dérouler le menu ici, parce que rien que je ne pourrais vous écrire ne sera à la hauteur – il faut vivre l’expérience. Je referme donc ce chapitre, d’une belle rencontre, sur une promesse bien tenue !

J’ai ramené avec moi cette petite vidéo pour vous donner un aperçu de mon Gastronomie Tour Les Trois Dômes et merci à Noon Studio de m’avoir accompagné sur cette belle rencontre et pour la réal & prod de cette vidéo.

 

Mon intuition gourmande me dit que… J’vous kiss ! #sendinglove

 

Dans la famille des recettes réconfortantes, je voudrais la flamiche aux poireaux et saumon please !

Quiches, tartes, tourtes & Co… hello la famille des recettes simples, rapides et déclinables à l’infini en fonction des envies. Aujourd’hui on met le feu avec un four à 210°C et une flamiche dont l’épaisseur a de quoi faire rougir nos jolies bouilles de gourmands.

La bouille face – collée – à la vitre du four… je rêve d’être ce fromage qui fond de plaisir sur son lit de poireaux ! Et ouais, le fromage c’est so sexy.

Une recette que j’aime beaucoup préparer en hiver, pour son côté généreux & réconfortant. Je la cuisine habituellement, dans son plus simple appareil, nature… mais il semblerait que M’sieur saumon avait aussi envie d’être de la partie ! Extra.

• [  r a p i d e  ,   s i m p l e   &   r e c o n f o r t a n t  ] •

  • Recette pour 4 à 6 personnes
  • Temps de préparation : 30 min
  • Temps de cuisson : 60 min
  • Cercle de 22 cm de diamètre et 4,5 cm d’épaisseur

Boîte à ingrédients :

  • 3 poireaux
  • 3 œufs
  • 300g de saumon
  • 2 càs. de crème épaisse
  • 60g de parmesan – ou plus ;)
  • 2 pincées de gros sel
  • 1 càc. de noix de muscade en poudre
  • Moulin à poivre

Pâte brisée :

  • 250g de farine
  • 125g de beurre pommade
  • 1/2 càs. de sel
  • 90 ml d’eau
  • Cumin
  • 1 càc. de noix de muscade

Préparation :

  1. Couper les poireaux en tronçons de quelques centimètres de long, bien rincer à l’eau claire.
  2. Placer les poireaux dans un fait-tout, les recouvrir d’eau, ajouter le gros sel et faire cuire.
  3. Préchauffer le four à 210°C
  4. Préparation de la pâte : placer dans un saladier la farine et le beurre coupé en morceaux. Mélanger jusqu’à obtenir une préparation sableuse. Ajouter les épices et le sel. Ajouter l’eau et mélanger jusqu’à obtention d’une pâte homogène.
  5. Fariner le plan de travail et abaisser la pâte.
  6. Placer la pâte dans le moule et piquer le fond à l’aide d’une fourchette. Placer au four 10 à 15 minutes pour la précuire et obtenir une légère dorure.
  7. Bien égoutter les poireaux. Réserver.
  8. Faire dorer dans un filet d’huile d’olive les morceaux de saumon. Les placer sur un papier absorbant et réserver.
  9. Mélanger les poireaux, les œufs, la farine, la crème. Ajouter la noix de muscade et le poivre. Mélanger.
  10. Disposer les morceaux de saumon dans le fond de tarte et verser la préparation à base de poireaux.
  11. Ajouter le parmesan de façon à recouvrir tout le dessus de la flamiche et placer environ 30 minutes au four.
Mon intuition gourmande me dit que… you gonna love it et qu’il ne reste plus qu’a préparer la salade verte !  #love

 

 

 

Quand le pruneau d’Agen s’invite dans ton Super Bowl avec des associations de saveurs surprenantes

Hello, Hello les sunshine !

Il y a peu de temps je vous faisais partager la tournée du FoodTruck Super bowl sur mes réseaux sociaux. 6 bowls à déguster dans tout Paris et un seul objectif; trouver l’ingrédient mystère et… se régaler  – en fait 2 objectifs, le deuxième n’étant pas très compliqué hein #smileycleindoeil –  Alors qui avait trouvé ce fameux ingrédient mystère ? Je sais que cet ingrédient n’avait pas échappé aux yeux de Lynx que vous êtes et qu’il n’a pas fallu très longtemps à certain d’entre vous pour deviner une fois la photo des 6 bowls sur mes réseaux.

 

Alors pour ceux qui auraient raté la tournée je vous propose une petite session rattrapage. Vous connaissez tous mon petit – gros – penchant pour le sucré/salé ? Je peux vous dire que j’ai été ravie puisque l’ingrédient mystère à trouver était le Pruneaux d’Agen. Parmi les 6 bowl proposés le Sashimi a trouvé grâce à mes papilles. Je n’aurais jamais tenté l’association saumon/pruneau, bien que mes expériences en cuisine soient nombreuses, mais j’ai été bluffée ! Mon bowl coup de cœur parmi les 6 qui étaient proposés.

 

Issu d’un terroir unique le pruneau d’Agen est produit sur 6 départements du territoire du Sud-Ouest de la France et bénéficie d’une IGP (Indication géographique protégée) une distinction qui garantie que cette petite merveille est exclusivement obtenue à partir de vergers de Prunes d’Ente plantés dans les zones délimitées de production et qu’elles sont séchées, conditionnées et transformées par les entreprises implantées obligatoirement dans ce même territoire. L’IGP un véritable gage de qualité!

 

Le pruneau est un aliment du quotidien et sa teneur en magnésium et en anti-oxydant en font un allié de taille au quotidien. Je le consomme tel quel en snacking à certain moment de la journée, au petit déjeuner, dans mes boissons, en salade, en plat… les déclinaisons sont nombreuses. Bref, le pruneau c’est un peu mon BFF ! Le pruneaux d’Agen est une merveille en association salée/sucrée. Je vous ai d’ailleurs concocter une recette pour les fêtes, elle ne devrait pas tarder à pointer le bout de son nez sur le blog #staytuned.

 

Je vous propose de revenir en image sur la tournée du FoodTruck Super Bowl avec une brève vidéo à la fin de cet article ainsi que la recette du Sashimi bowl avec une mayonnaise maison aux pruneaux d’Agen à tomber à la renverse. Rien que ça ! ♡

 

• [ l e   p r u n e a u  d ‘ A g e n   ç a   v o u s   v a   b i e n ! ] •

  • Recette pour 1 bowl
  • Temps de préparation 40 mn

Boîte à ingrédients :

  • 15 g de Pruneaux d’Agen émincés
  • 15 g de courgette en ruban
  • 15 g de chou rouge
  • 30 g de riz basmati cuit
  • 30 g de saumon cru façon sashimi
  • Éclats de wasabi

Pour la mayonnaise aux pruneaux d’Agen :

  • Quelques Pruneaux d’Agen dénoyautés
  • 10 cl d’huile de tournesol
  • 1 jaune d’œuf
  • Sel & poivre

Préparation :

  1. Disposer dans un bol 30g de riz basmati cuit au préalable.
  2. Ajouter 30g de saumon cru façon sashimi, 15g de courgette en ruban et 15g de pruneaux d’Agen émincés.
  3. Préparer la mayonnaise aux pruneaux d’Agen et s’assurer que les ingrédients sont à température ambiante au préalable : mélanger le jaune d’œuf, un peu de sel et de poivre, fouetter en versant peu à peu l’huile pour épaissir la mayonnaise. Mixer les pruneaux d’Agen jusqu’à l’obtention d’une pâte, les incorporer à la mayonnaise et disposer 2 cuillères de mayonnaise dans le bol.
  4. Parsemer d’éclats de wasabi en guise de « final touch »
Mon intuition me dit que… le pruneau fait son show à Agen en 2019 une 15ème édition que je n’ai pas l’intention de rater ! E toi ?

Recette pizza Poire et Bleu d’Auvergne AOP

Quand la Poire délaisse son acolyte le Cactus pour laisser place au Bleu d’Auvergne AOP ça donne une recette de pizza gourmande aux associations de saveurs parfaites ! Et ça change aussi de la pizza sauce tomate et 4 fromages ou de la poulet ananas.

Les maîtres mots pour une pâte réussie sont souplesse et élasticité. Et oui ce n’est pas pour rien que quand je te dis pizza tout de suite tu as l’image du pizzaiolo en train de faire tourner sa pizza en l’air ! Mes soleils, la pizza fait maison va nécessiter de mettre la main à la pâte.

Avant de passer à la recette j’aimerai te parler un peu de l’AOP. Tu connais ? L’Appellation d’Origine Protégée (AOP) est un label Européen derrière lequel se cache une belle preuve d’authenticité. On compte en France 45 fromages, 3 beurres et 2 crèmes bénéficiant d’une Appellation d’Origine Protégée. Ce label est facilement identifiable sur les produits grâce à son logo rouge et jaune.

Mais que garantie réellement l’AOP ? L’origine et la première garantie apportée par ce label, ce qui veut dire que toutes les étapes de fabrications, de la production de lait à l’affinage en passant pas la transformation, ont bien lieu dans l’aire géographique délimitée de l’AOP. En gros mon Bleu d’Auvergne AOP, je suis sûre qu’il vient bien d’Auvergne. Derrière l’origine c’est donc la garantie de la provenance (terroir) et le respect des traditions d’un produit réalisé avec un savoir faire, respectueux des animaux, de l’environnement et des traditions, qui se transmet souvent de génération en génération. La préservation donc d’un patrimoine historique pour un produit au goût authentique.

Cette année se tenait la 1ère fête des AOP place de l’hôtel de ville ouvert au public pour découvrir et déguster les 50 fromages, crèmes et beurres AOP. L’occasion de rencontrer et d’échanger avec les producteurs sur les comptoirs organisés par région. La fête des AOP était aussi l’occasion de participer à des ateliers culinaires, des ateliers pédagogiques pour les enfants et de devenir expert en AOP. Si tu as manqué ce rendez-vous, la fête des AOP revient pour une deuxième édition l’année prochaine. On bloc déjà les agendas ? ;)

Pour en savoir plus et découvrir les AOP laitières vous pouvez consulter le site www.fromages-aop.com et sur la page facebook. Maintenant place à la recette et au chapeau de pizzaiolo !

• [ p o i r e   &    b l e u   d ‘ a u v e r g n e ] •

 

Boîte à ingrédients :

  • 250 g de farine de blé
  • 1/2 sachet de levure de boulanger
  • 125 ml d’eau
  • 2 càs. d’huile d’olive
  • 1 càc. de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel

 

  • 2 poires
  • Bleu d’Auvergne AOP
  • 3 càs. de crème épaisse
  • Roquette
  • Amandes (non salées)
  • 1 càs. de miel
  • Sel et Poivre

Préparation :

  1. Préparation de la pâte à pizza : verser l’eau tiède dans un bol, ajouter la levure boulanger ainsi que le sucre et mélanger. Couvrir avec un torchon et laisser reposer la pâte à température ambiante 30 min.
  2. Pendant ce temps, mélanger la farine et le sel avant d’y verser le mélange eau/levure au centre. Ajouter l’huile d’olive et mélanger jusqu’à obtention d’une pâte élastique et bien souple. Couvrir avec un torchon et laisser reposer à température ambiante pour faire monter la pâte. En principe la pâte devrait doubler de volume.
  3. Préchauffer le four à 180°C.
  4. Fleurer le plan de travail avant d’étaler la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Piquer la pâte à l’aide d’une fourchette et la placer au four 10 à 15 minutes pour la précuire.
  5. A la sortir du four commencer par tapisser la pâte avec la crème épaisse puis la garnir avec les poires, le Bleu d’Auvergne AOP et enfourner de nouveau 10 à 15 minutes. Un fois la pâte dorée, la sortir du four. Ajouter la roquette, quelques morceaux frais de Bleu d’Auvergne AOP, des amandes natures, saler et poiver et ajouter un filet de miel sur le dessus de la pizza avant de servir. Voilà ta pizza est prête à être déguster !
Mon intuition me dit que… on accompagnerait bien cette pizza avec une salade maison, non ? Je te propose ma salade gourmande de concombre, fêta et tomates cerises aux notes légèrement sucrées.