Interview piquante…. qui s’y frotte s’y pique !

♫♫♫… « Dans la vie il y a qu’des cactus… aïe, aïe, aïe, ouille » ♫♫♫…♫ ça vous rappelle une musique ? Une chanson de Dutronc aux paroles qui semblent légères mais en réalité très engagées. Je m’écarte du sujet – comme d’hab me direz-vous – mais je trouve que ça valait quand même le coup d’être soulevé !

Dans la vie des Cactus il y a sans conteste Camille et Pauline. Les fondatrices, épicuriennes et gourmandes, du Cactus Club, une boutique dédiée à ces drôles de petites – parfois très grandes – plantes dans le 11ème à Paris.

Ces deux sœurs, pétillantes et qui affichent une complicité certaine, âgées respectivement de 27 et 23 ans viennent d’une famille de quatre enfants, dans laquelle le jardinage se transmet de père en filles et la décoration de mère en filles. Le rapport à la nature est primordial, manipuler la terre de ses doigts nus, bichonner ces petites merveilles de la nature, les regarder pousser de jour après jour apportent un profond sentiment de bien-être ! Le contact avec la nature est source de vie et d’apaisement pour Camille et Pauline « s’occuper d’elles, c’est un moment privilégié », « …à leur contact, un sentiment de détente et d’apaisement nous envahit. On ne pense plus à rien ! ».

Je trouve que les personnes qui aiment la nature sont des personnes pleines de vie et qui dit bon vivant dit aussi épicurien gourmand. C’est mathématique, c’est comme 1+1 font 2, quoi ! Sur les 15 dernières années j’ai déménagé pas moins de 10 fois. Je n’ai jamais, jamais eu de plantes peut-être parce que je pensais ne pas avoir la main verte et que ça me fendait le cœur de les faire mourir – Surtout quand tu as une maman qui a juste besoin de regarder une plante pour la faire pousser ! – Depuis un peu plus d’un an c’est devenu vital pour moi d’avoir des plantes à la maison… mon appartement est en train de se transformer en jungle ! C’est donc tout naturellement que j’ai voulu aller à la rencontre de Pauline et Camille et parler de toutes ces choses qui nous font du bien au quotidien.

Elles sont toutes les 2 issues à la base du marketing. Camille a travaillé quelques années dans le milieu de la finance avant de se lancer dans l’aventure avec Pauline, sa cadette, qui a fait le saut juste après avoir obtenu son diplôme sans passer par la case salariat. Ce parcours est à l’image de ce qui est en train de se passer dans notre société. Terminé les destinées toutes tracées, on se libère de tous les dictats et on réalise ses rêves voilà le message que nous délivrent Camille et Pauline au travers de cette belle aventure qu’est le Cactus Club. Une aventure faite d’entrepreunariat et de passion. Réaliser ses rêves #nothingisimpossible !

Elles ont pris la décision de se lancer après un road trip en Californie. Il ne leur a pas fallu plus de 6 mois, beaucoup de travail et une motivation sans faille pour faire sortir de terre le Cactus Club. La boutique a ouvert le 29 avril 2017 et vient donc de souffler sa première bougie.

Leur passion pour les plantes leur a permis d’acquérir toutes les connaissances, année après année, pour devenir aujourd’hui des expertes en la matière. J’ai eu envie de demander à Pauline & Camille quelle était leur plante préférée et elles m’ont confié, que ça changeait en fonction des saisons… tiens, tiens comme c’est drôle ! Je trouve là de grandes similitudes avec la cuisine, non ? La plante préférée de Camille en ce moment c’est la Piléa, une succulente et un cactus, et celle de Camille une Monstera obliqua, une plante tropicale. Le choix des plantes pour la boutique…? C’est au feeling me confient Camille et Pauline. Elles sont choisies une à une, selon leur forme, leur variété et surtout… toujours avec amour !

 

 

Impossible de ne pas demander aux filles 2 ou 3 astuces pour garder en pleine forme nos cactus. Attention… la minute #lesbonstuyaux arrive de suite !

  • RÈGLE N°1 : UN CACHE POT – La base de la base c’est d’avoir un pot percé pour ne pas faire stagner l’eau quand on les arrose. Bah oui un cache pot comme son nom l’indique c’est pour cacher un pot alors ne jamais rempoter votre plante directement dans un cache pot… sauf s’il est percé ;)
  • RÈGLE N°2 : LA LUMIÈRE – Mettre le cactus à la lumière en permanence car il vit dans des régions arides en plein soleil.
  • RÈGLE N°3 : L’ARROSAGE – L’arroser pas souvent mais abondamment, ne pas seulement mettre une cuillère d’eau (comme on l’entend souvent) sinon la racine reste sèche.
  • RÈGLE N°4 : LA FRÉQUENCE D’ARROSAGE – Connaître la fréquence d’arrosage en fonction de la taille du pot, de la variété ou encore de la saison. Certains cactus ne s’arrosent qu’une seule fois par mois, les plus grandes tous les 2 mois.
  • RÈGLE N° 5 : L’ÉCOUTE – Il faut apprendre à faire connaissance avec vos plantes, si vous êtes à leur écoute elles vous diront tout ce que vous voulez entendre. Il faut réussir à interpréter leur langage.
  • RÈGLE N°6 : L’ORIGINE – Et enfin il faut connaître la provenance de la plante, le milieu naturel dans lequel elle vit à la base pour adapter la façon dont vous prendrez soin d’elle.

 

Bon c’est pas tout mais on a très envie d’entendre Camille et Pauline nous parler « bouffe », non ? Alors c’est parti !

Quelle est la texture qui se rapproche le plus de vos personnalités : fondante, croquante, croustillante, moelleuse…?
P : on a du mal avec cette question, moi je dis croquante à l’extérieur, fondante à l’intérieur… c’est dur, moi je dis fondante. Fondante aussi Camille ?
C : on est fondante toutes les deux. (rires!)

Que vous évoque le mot cuisine ?
P : un art, je regarde l’émission après top chef et je suis fascinée. Je suis allée une fois dans un trois étoiles, je peux même pas t’expliquer, te décrire. On est hyper gourmandes ! Quand je vois ce qu’on peut faire, les personnes qui passent des heures et le truc est wahou, je trouve ça incroyable. C’est incroyable ce qu’on peut faire avec la cuisine, ça va loin !
C: ouais, c’est un art !

Quel est l’adjectif qui vous qualifie le mieux en cuisine ?
C : je pense qu’on est généreuses.
P : oui généreuses, je fais toujours pour dix, on a grandi dans une famille de 4 enfants donc on a toujours été habituées aux bonnes portions, puis on est méditerranéen #smileycleindoeil

Plutôt sucré ou salé ?
P : salé à 150%. C’est très marrant parce qu’avant j’étais très salé, je mangeais jamais de dessert rien, je prenais le plateau de fromage. Mais là, depuis l’année dernière, je sais pas si c’est parce que je vieillis mais je mange du chocolat le soir.
C : moi je suis les deux, mais j’aime beaucoup le sucré quand même.

Quelles cuisinières êtes-vous ?
P : malheureusement une cuisinière qui n’a pas le temps, une cuisinière pratique. Pratique mais jamais de conserves ni de surgelés. Si j’ai pas le temps je vais m’acheter une bonne tomate, avec du fromage, du bon jambon,… mais jamais de notre vie notre maman nous a fait manger des petits pots, jamais et il faut croire que c’est resté.
C : oui pratique, c’est du fait maison pratique, un plat de pâtes avec une sauce fraîche par exemple.

Si vous étiez un ustensile de cuisine, lequel ? Et pourquoi ?
C : un couteau, tu peux tout faire avec un couteau c’est plus pratique.
P : une cuillère en bois, parce que j’en utilise souvent et la cuisine méditerranéenne c’est LA cuillère en bois.

Si vous ne deviez manger qu’un seul aliment pour le restant de votre vie, lequel serait-il ?
P : le fromage
C : les pâtes

Quel est le plat/dessert/gourmandise que vous mangeriez sans faim ?
P : les raviolis de la Calabraise, c’est un petit traiteur italien mais ils font tout maison et c’est juste dément. J’ai jamais trouvé un traiteur italien qui faisait de la cuisine aussi bonne. C’est à Hyères les palmiers dans la vieille ville, ça s’appelait Agosta à l’époque j’avais même inventé une chanson pour ça (Pauline qui se lance dans l’interprétation de son hit). Et là notre maman est dans le sud, et quand elle nous rend visite on lui demande de nous en ramener plein et après on congèle tout.
C : les raviolis aussi, mais y a tellement d’autres choses que je mange sans fin, la pizza au Nutella, la blanquette de veau…

Votre plus beau souvenir culinaire d’enfance ?
P et C : le gâteau de semoule au chocolat, ou quand on ramassait des cèpes l’été. C’est vrai que lorsqu’on allait avec notre papa ramasser les champignons on était toutes fières de trouver un beau cèpe et après on le mangeait. Mais c’est vrai le gâteau de semoule au chocolat de notre maman, ça ressemble à rien du tout, mais c’est tellement bon. Le nombre de copines à qui on disait « mange, mange » et qui répondaient « ça me dit rien ». Elles finissaient toujours par succomber – on est très persuasives hihihi- et à trouver ça finalement trop trop bon !

Quelle est la personne qui vous inspire le plus en cuisine ?
P et C : elles tournent la tête, se regardent, hochent la tête, esquissent un sourire, se retournent vers moi et lancent un « MAMAN ! » à l’unisson et sans aucune hésitation.

Quel est votre ‘QG’ culinaire ?
P et C : chez maman

Nous aussi on aimerait bien dîner chez « maman », non ? ;) J’espère que cette interview piquante vous a plu. Les cactus prennent de plus en plus de place dans notre vie et il ne serait pas étonnant de voir arriver ces drôles de plantes dans nos assiettes dans les années à venir. Nous connaissons déjà tous la figue de barbarie le fruit comestible du cactus, mais les raquettes du cactus sont aussi comestibles et au Mexique ils ont une place très importante dans la gastronomie locale, dans les yaourts, les soupes, ou encore au barbecue ! Affaire à suivre donc…

Voici l’adresse et les horaires du Cactus Club, si l’envie d’aller y faire un petit tour vous prend, 29 Rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.

  • Lundi : Fermé
  • Mardi : 12:00 – 20:00
  • Mercredi : 12:00 – 20:00
  • Jeudi : 12:00 – 21:00
  • Vendredi : 12:00 – 20:00
  • Samedi : 11:00 – 19:00
  • Dimanche : 14:00 – 18:00
Mon intuition me dit… que tu aimerais aussi le Portrait Gourmand de Margaux Motin qui croque la vie comme elle crique les tomates !

Rencontre avec Olivier Delacroix, journaliste aux allures de rugbyman et au coeur gourmand !!

DANS LES YEUX D'OLIVIER

Impossible d’être passé à côté d’Olivier Delacroix dans le Paysage Audiovisuel Français, ce journaliste aux allures de rugbyman et aux dreadlocks pose un regard atypique sur notre société et sur ceux qui la composent dans son émission diffusée sur France 2, « Dans les yeux d’Olivier ». Avec sa sensibilité, son sens tout particulier de l’écoute et son intérêt profond pour ceux qu’il rencontre, il va chercher la parole là où les épreuves et les traumatismes de la vie l’ont emprisonnée.

Le premier épisode de la nouvelle saison de « Dans les yeux d’Olivier » sera diffusé le 16 juillet sur France 2 à 22h30 avec « Ce corps qui est le mien ». Olivier Delacroix part à la rencontre de femmes et d’hommes lancés à la reconquête d’un physique qui les a amenés à perdre l’estime d’eux-mêmes.

Aujourd’hui c’est à mon tour de partir à la rencontre d’Olivier Delacroix et c’est avec plaisir que cet homme au grand cœur gourmand m’ouvre les portes de sa cuisine en acceptant de répondre à mes questions.

Que vous évoque le mot cuisine ?

La cuisine incontestablement est le lieu le plus convivial de la maison. Nous nous retrouvons souvent à y passer une bonne partie de la soirée, même lors de diners entre amis. Car on commence toujours à boire un verre autour des plats qui mijotent, en grignotant quelques tapas sur le bar américain. Ça papote et ça papote… et on s’aperçoit que finalement nous y sommes restés tout le temps.

Quel est l’adjectif qui vous qualifie le mieux en cuisine ?

Gourmand.

Plutôt sucré ou salé ?

Salé.

Quelle est la texture qui se rapproche le plus de votre personnalité : fondant, croquant, croustillant, moelleux…?

Piquant !

Quel cuisinier êtes-vous ?

Vraiment ? …. nul.

Si vous étiez un ustensile de cuisine ? Et pourquoi ?

Une poêle car c’est l’ustensile qui permet d’accéder à une cuisson parfaite, maitrisée…

Si vous ne deviez plus manger qu’un seul aliment pour le restant de votre vie, lequel serait-il ?

Le fromage !!!

Quel est le plat/dessert que vous mangeriez sans faim ?

Des profiteroles.

Votre plus grand ‘cauchemar’ en cuisine ?  

Me retrouver obligé de cuisiner des tripes à « la mode de Caen ». Et d’être obligé de les gouter !!!

Votre plus beau souvenir culinaire d’enfance ?

Ma grand mère paternelle qui me cuisinait ses recettes corses.

Quelle est la personne qui vous inspire le plus en cuisine ?

Olivier Roellinger

Ah moi aussi l’idée de me retrouver à cuisiner des tripes m’angoisse et impossible d’imaginer devoir les goûter !! Un grand merci à Olivier d’avoir accepté de se prêter au jeu de cette rencontre gourmande…. d’ailleurs « Nos chemins sont semés de rencontres » est le titre de son livre, un livre dans lequel Olivier nous fait l’honneur de nous partager ses rencontres avec toute la profondeur et sensibilité qu’on lui connait.

Nos chemins sont semés de rencontres aux éditions Michel Lafon – Crédit photo © Michel Lafon

Nos_chemins_sont_semes_de_rencontres_hd

 

Le Chef est une Femme… et une femme pleine de vie !!

_DSC9468

 

Il y a quelques semaines j’ai eu le plaisir de participer à la Food Fun Fair pour la présentation de la Collection culinaire printemps/été du Chef Elise. L’invitation mentionnée « une expérience culinaire unique dans l’atelier loft ». L’expérience unique était bien au rendez-vous pour une soirée, comme à la maison, ambiancée riche en partage et gourmande à souhait avec une mention spéciale pour le boeuf, poire & roquefort… yummy un délice !! Il suffit de regarder le sourire du Chef Elise sur cette photo pour comprendre qu’en allant au Loft on est certain d’y trouver du bonheur !!

 

 

Le Chef Elise a accepté de se prêter au jeu de ce Portrait Gourmand, une belle occasion de la découvrir….

Que vous évoque le mot cuisine ?

La cuisine m’évoque non pas un mes trois mots : le partage, la convivialité et le plaisir

Quel est l’adjectif qui vous qualifie le mieux en cuisine ?

Je dirai l’efficacité. Transmettre mon amour de la cuisine lors de mes cours à 2 ou 100 personnes en même temps demande de l’organisation.

Plutôt sucré ou salé ?

J’adore le salé ! J’adore le cuisiner et surtout le manger !

Quelle est la texture qui se rapproche le plus de votre personnalité : fondant, croquant, croustillant, moelleux…?

Je suis fondante. On dit de moi que je suis une personne douce et calme !

Si vous étiez un ustensile de cuisine ? Et pourquoi ?

Je serai la maryse qui permet de mélanger avec délicatesse les ingrédients. Cet ustensile est super pratique.

Si vous ne deviez plus manger qu’un seul aliment pour le restant de votre vie, lequel serait-il ?

Aie Aie Aie ! La coquille Saint Jacques, car c’est un aliment qui se suffit à lui même.

Quel est le plat/dessert que vous mangeriez sans faim ?

Une bonne salade de fruits frais maison en changeant sa composition en fonction des saisons.

Votre plus grand ‘cauchemar’ en cuisine ?  

Un four ou des plaques qui ne fonctionnent pas !

Votre plus beau souvenir culinaire d’enfance ?

La préparation des crêpes avec ma maman … j’en sens encore l’odeur.

Quelle est la personne qui vous inspire le plus en cuisine ? 

Jean François Piège, tout en simplicité et en noblesse. Je suis fan !

Voilà les gourmands, j’espère que ce Portrait vous a plu. A très vite pour un autre Portrait Gourmand… et d’ici là pour en savoir plus sur le Chef est une Femme je vous invite à cliquer ici: www.lechefestunefemme.fr